Apprendre. Partager. Planifier.

Explorez nos nouvelles, articles, blogues et vidéos

Parler de la planification préalable : pas seulement une question de décès

Article
Article Affiché le

The Talk: Pre-planning is about more than death


			

Peut-être que vous désirez encourager vos parents ou votre conjoint à parler de ses dernières volontés. Peut-être que vous envisagez votre propre planification et désirez obtenir l’opinion des membres de votre famille. Peut-être que vous avez déjà complété vos derniers arrangements et désirez aider vos enfants adultes à bénéficier des avantages financiers et émotionnels que vous avez obtenus en planifiant à l’avance.

Quel que soit votre objectif, c’est une conversation difficile à aborder, et ce, pour une raison bien simple : les gens n’aiment pas envisager le décès, que ce soit le vôtre ou le leur.

Par le passé, le sujet des funérailles était souvent passé sous silence. Les discussions ouvertes préalables n’étaient pas nécessaires, puisque la nature du service était la même pour tout le monde. Il y avait tout simplement peu de détails à exprimer.

Ce n’est plus le cas.

De nos jours, il y a tellement d’options offertes pour personnaliser les services de funérailles que chaque personne peut créer une cérémonie d’adieu entièrement individualisée selon ses goûts, ses passe-temps, ses réalisations, sa spiritualité, son patrimoine culturel et plus encore. Si toutes ces décisions sont reléguées aux oubliettes jusqu’au moment du décès, la famille endeuillée aura la tâche colossale de deviner ce que leur proche aurait voulu.

Manifestement, c’est beaucoup plus facile  - et respectueux –  de découvrir les options à l’avance et d’en parler ouvertement dans un environnement décontracté et positif. En parlant de la planification préalable dès aujourd’hui, vous avez l’occasion d’échanger des idées et d’exprimer vos inquiétudes, et de veiller à ce que le service soit conforme en tous points aux volontés de chaque personne.

La difficulté, c’est d’aborder le sujet.

Il y a diverses façons de le faire, qui dépendront de votre personnalité, de la personne à qui vous parlez et de la nature de votre relation. Par exemple, si vos rapports sont faciles et détendus, vous pourriez aborder le sujet en partageant vos idées pour créer un plan entièrement adapté à votre personnalité, puis demander à l’autre personne d’envisager les façons de concevoir un service à l’image de son individualité.

Si votre proche est plus conventionnel et n’aime pas parler de ces sujets, il pourrait être utile de commencer par « semer le germe » et de reprendre la conversation plus tard, lorsque la personne aura eu le temps d’y réfléchir en privé. Vous pourriez même lui laisser des documents à lire sur le sujet.

Que vous désiriez procéder lentement ou sauter à pieds joints dans le feu du sujet, le choix du moment et de l’endroit est primordial.

Choisissez un moment paisible, sans distractions. Abordez le sujet pendant une promenade en forêt en prenant le café un matin décontracté du week-end. Attendez que la conversation ouvre naturellement la voie au sujet, par exemple en parlant de récentes funérailles.

Pour vous aider à démarrer, consultez les conseils offerts sur l’image infographique ci-dessous. Rappelez-vous qu’il faudra sans doute tenir plusieurs discussions pour finaliser tous les détails. Écrivez des idées, obtenez l’opinion de votre famille et appelez un expert en planification préalable d’Arbor pour une consultation gratuite. Vous et votre proche découvrirez peut-être des options que vous n’aviez même pas envisagées.

Catégories des blogues