Apprendre. Partager. Planifier.

Explorez nos nouvelles, articles, blogues et vidéos

Robin Williams : plus grand que nature, même dans le décès

Article
Article Affiché le

Losing Robin Williams: Larger than life even in death


			

Les vedettes font partie d’une classe à part. Nous ne les connaissons pas. Pourtant, elles touchent notre vie comme si c’était de grands amis. Vu que les vedettes sont plus grandes que nature, leur décès crée souvent un vide inexplicable. Robin Williams était plus grand que nature à de nombreux égards. Il a touché tout le monde – jeune ou vieux – et, si cela peut vous consoler, l’ensemble de son œuvre permettra de ne ne jamais l’oublier.

Robin Williams était un génie de la comédie – personne ne le niera. Son cerveau produisait des blagues avec une rapidité déconcertante; ses imitations étaient stupéfiantes dans leur fidélité. Et n’oublions pas son talent le plus admiré – sa maîtrise de l’improvisation dans toutes les situations, que ce soit ses monologues humoristiques  ses films ou ses voix hors champ dans les films animés. Il nous a fait rire aux éclats et de façon incontrôlable. Nous avons aussi été éboulis par ses rôles dans des films plus sérieux, qui ont éveillé d’autres émotions.

Maintenant, dans le sillage de son décès tant tragique que soudain, nous sommes touchés pour une autre raison : Robin Williams s’est enlevé la vie. Il a choisi le décès par suicide, ce qui pourrait nous inciter à la colère, à la culpabilité et au désespoir.

Nous nous consolons en sachant que nous pourrons toujours le voir interpréter Madame Doubtfire, le Génie, Mork, John Keating et d’autres encore. Robin Williams nous a aussi amenés à réfléchir à un autre de ses rôles – celui d’ambassadeur pour la prévention de dépression et du suicide. Peut-être que, dorénavant, nous hésiterons moins à en parler et saurons reconnaître les occasions de venir en aide. En son honneur, entamons maintenant cette conversation.

La dépression pourrait être plus difficile à identifier chez les hommes

La dépression ne fait pas égard à l’âge ou au sexe. Pour obtenir de l’aide, veuillez cliquer sur les liens suivants de l’Association canadienne de la santé mentale concernant la dépressionle suicide et où trouver de l’aide.

Puisque nous parlons de dépression et que les hommes qui en souffrent montrent des signes et des capacités d’adaptation différentes des femmes, nous prenons le flambeau pour commencer à parler de la dépression chez les hommes.

Que ce soit en raison de la chimie du cerveau, des hormones ou des influences sociétales, les hommes et les femmes vivent souvent leur dépression différemment. Ils éprouvent peut-être les mêmes sentiments et symptômes, mais les hommes manifestent peut-être aussi des comportements atypiques qui risquent d’être non- reconnus ou non-traités, comme un comportement d’évasion ou risqué; un comportement contrôleur, violent ou abusif; l’irritabilité; ou une colère mal placée.

Pour certains hommes, la tristesse et les émotions ne sont pas les principaux symptômes, si bien que la dépression passe sous silence. Plutôt, leurs symptômes sont physiques, comme un mal de tête, des problèmes digestifs ou des douleurs chroniques. Ils risquent également de chercher des distractions dans d’autres activités ou de minimiser l’importance de leurs symptômes afin d’éviter de devoir confronter leurs sentiments ou d’admettre, tant à eux-mêmes qu’aux autres, qu’ils sont déprimés.

Les hommes ne sont pas toujours aussi ouverts que les femmes à parler de leurs sentiments et risquent de les refouler de crainte d’amenuiser leur « masculinité ». Vient ensuite la stigmatisation de la dépression ou des maladies mentales à titre de faiblesses.  

Les hommes sont plus susceptibles de réussir à s’enlever la vie, bien que les femmes tentent le suicide plus souvent. C’est pourquoi les hommes sont plus aptes à utiliser des méthodes plus fatales; ils donnent suite plus rapidement à leurs tendances suicidaires; et ils risquent de manifester moins de signes avertisseurs. Ils ont aussi souvent plus de difficultés à demander de l’aide et hésitent donc à se tourner vers leur famille, leurs amis ou des spécialistes.

Voici un lien vers plus d’information sur la dépression masculine (en anglais).

Continuons de nous en parler

La dépression ne disparaît pas d’elle-même et elle peut même s’aggraver si elle n’est pas traitée. Nous devons encourager les autres à rester à l’affût des signes et à reconnaître les occasions d’aider. Nous devons inciter les personnes déprimées à obtenir de l’aide et nous devons continuer à parler des enjeux de santé mentale, y  compris la dépression et le suicide.

 

Catégories : commémorations

Catégories des blogues