Apprendre. Partager. Planifier.

Explorez nos nouvelles, articles, blogues et vidéos

La conversation la plus difficile à avoir avec votre famille

Par Ann Bacciaglia, blogueuse invitée

Article
Article Affiché le

The Hardest Conversation To Have With Your Family


			

Photo - Ann Bacciaglia

Ann Bacciaglia

La mort : une notion dont les gens ne veulent pas parler, que ce soit en raison de la peur, de superstitions, de déni de la réalité ou d’une combinaison des trois. Tout le monde a ses propres raisons. Je vais être honnête. Avant le décès de Darin, je ne parlais jamais de la mort. Ma raison? J’étais superstitieuse. Je crois que si j’en parlais, quelque chose allait m’arriver ou arriver à ma famille. Tout a changé après le décès de Darin. Je n’ai plus peur de parler de la mort et j’encourage tout le monde à faire fi de leurs raisons pour en parler à leur famille.

Après le décès de quelqu’un, tout devient brouillé. On est confronté à des milliers de questions et doit prendre des décisions extrêmement importantes. C’est difficile de formuler une phrase, de manger ou de dormir, et encore plus de prendre des décisions concernant les funérailles. J’ignorais complètement les dernières volontés de Darin. Je me sentais coupable de cela ….après tout, une femme devrait connaître la façon dont son mari veut commémorer sa vie.

Après le décès de quelqu’un, tout devient brouillé. On est confronté à des milliers de questions et doit prendre des décisions extrêmement importantes. C’est difficile de formuler une phrase, de manger ou de dormir, et encore plus de prendre des décisions concernant les funérailles. J’ignorais complètement les dernières volontés de Darin. Je me sentais coupable de cela ….après tout, une femme devrait connaître la façon dont son mari veut commémorer sa vie.

J’ai récemment lu un sondage mené par Arbor Memorial, entreprise familiale qui offre des services d’inhumation, de funérailles et d’autres services connaissances aux familles du pays. La statistique suivante m’a sauté aux yeux  : 60 % des gens n’ont fait part à personne de leurs volontés concernant les funérailles, laissant à leurs proches le soin de veiller à tous les détails après leur décès et, peut-être, de jouer aux devinettes. Comme Darin avait seulement 44 ans à son décès, nous n’avions jamais parlé de cela. Voulait-il être enterré ou incinéré? Voulait-il des funérailles traditionnelles ou une célébration de la vie …je n’en avais aucune idée.

L’une des plus importantes leçons que j’ai apprises après son décès a été de parler de mes propres volontés avec mes enfants et mes parents. J’ai repoussé ma superstition et mes craintes et réfléchi à ce que je voulais. Ce fut un cheminement difficile, mais je savais que c’était très important. Il fallait que je le fasse!  J’ai rédigé mon testament, pris des arrangements pour que mes cendres soient placées dans la même niche que Darin et ai fait part de mes projets avec ma famille. Je ne voulais pas que ma famille se questionne à ce sujet. Je ne voulais pas qu’elle se sente coupable parce qu’elle ne savait pas comment commémorer ma vie. J’ai retiré une très grande tranquillité d’esprit de savoir que tout était réglé. Ce ne fut pas une discussion facile, mais la tranquillité d’esprit en valait la peine.

Je n’ai jamais pensé que je prendrais des arrangements préalables, y compris acheter une niche pour mes cendres. Si j’étais trop superstitieuse pour rédiger un testament, j’étais certainement trop superstitieuse pour acheter une concession funéraire. Heureusement, il y a des experts pour vous aider et pour alléger le stress du processus. Le fait de demander à un spécialiste autorisé de répondre à vos questions est une grande source d’aide et de soulagement. Cette personne offre des conseils et collabore avec vous pour déterminer les façons de mieux refléter vos souhaits. Elle vous explique le processus et vous amène à réfléchir aux aspects que vous n’envisageriez pas, vous aidant, en fin de compte, à créer une expérience unique et empreinte de signification. Pour moi, il s’agissait de choisir une plus grande niche qui pourrait contenir aussi mon urne de sorte que je repose près de Darin. Avec l’aide d’un spécialiste agréé, mes beaux-parents et moi avons été en mesure d’acheter des urnes qui répondaient à nos besoins. Quand le chagrin nous accable, il faut pouvoir tenir la main de quelqu’un qui vous aidera à traverser ses mauvais moments.

J’ai aussi été étonnée de la conclusion suivante : « Moins de quatre personnes sur dix (38 pour cent) disent connaître tous les détails des préférences de leurs parents en matière de funérailles ». Mes parents m’ont transmis leurs volontés et nous avons parlé des façons dont ils désiraient commémorer leur vécu. En fait, mes parents ont tout consigné par écrit pour que j’aie leurs volontés à portée de la main advenant leur décès. Je veux m’assurer de rendre hommage à leur vie  de la façon qui leur plaît. En ayant tout par écrit, je serai tranquille d’esprit, sachant que j’ai respecté leurs souhaits.

Même si c’est difficile de parler de la mort, les gens ont besoin de réfléchir à leurs dernières volontés en matière d’inhumation, de crémation et d’inhumation et d’en parler. Pourquoi laisser les membres de votre famille se demander ce que vous auriez voulu? Je sais que c’est un sujet difficile à aborder. Personne ne veut y penser ni en parler, mais vous devez réellement prendre le temps de réfléchir à vos préférences, puis les communiquer à votre famille. Après tout, vous et votre vécu méritez d’avoir votre mot à dire.

 

Catégories des blogues