Apprendre. Partager. Planifier.

Explorez nos nouvelles, articles, blogues et vidéos

Nos adieux à « M. Hockey »

Article
Article Affiché le

Gordie Howe


			

On est seulement à mi-chemin de l’année et, pourtant, les nombreux décès de vedettes jusqu’ici en 2016 nous rappellent que la vie est temporaire, fugace et très courte. Avec le récent décès de la légende canadienne du hockey Gordie Howe, la notion de mortalité nous touche d’un peu plus près.

Le hockey, c’est la quintessence du Canada, et personne n’est plus digne du titre de « M. Hockey » que Gordie Howe, originaire de Saskatoon, qui est décédé le 10 juin à l’âge de 88 ans après une carrière de hockey mirobolante qui s’est échelonnée sur cinq décennies, le mandant de six premiers ministres et 33 saisons professionnelles – plus que tout autre joueur. M. Howe est aussi le joueur le plus âgé à avoir marqué un but. Gordie Howe a vécu le rêve canadien pour nous tous et maintenant, en tant que pays, nous pleurons collectivement son départ.  

Bien que nous ne connaissions pas le moment où notre vie sur Terre prendra fin, nous avons un certain contrôle sur la façon de la commémorer. Ce n’est pas facile de parler de vos dernières volontés avec vos proches, mais c’est très important. Un récent sondage a révélé que peu de Canadiens font part à leurs êtres chers de leurs préférences en matière de funérailles; c’est peut-être le moment de commencer. Bien que de nombreuses personnes expriment leurs volontés dans leur testament, celui-ci n’est souvent pas ouvert avant la tenue du service commémoratif. C’est important de planifier ce dernier à l’avance et de transmettre vos volontés à vos proches.

M. Howe voulait qu'on le commémore avec respect et, grâce aux funérailles publiques organisées par sa famille, c’est ce que nous avons fait. C’était un homme doux et de foi qui était attentionné envers tous ceux qu’il rencontrait. Malgré sa célébrité et ses grandes réalisations, M. Howe se considérait comme n'étant supérieur à personne et traitait tout le monde comme il voulait être traité aussi. Il s’agit là d’une caractéristique très canadienne qui nous remplit de fierté. M. Howe avait toujours du temps à consacrer à ses amateurs – une photo ici, un autographe là, et une conversation avec tous ceux qui voulaient lui parler.

M. Howe était aussi très traditionnel, ce qui s’est reflété dans ses funérailles. À l’instar de celles de Muhammad Ali, les funérailles publiques ont permis à ses amateurs de se réunir pour vivre leur deuil. Sa dépouille mortelle, qui a reposé en chapelle ardente, a aidé ses amateurs à accepter la réalité de son décès, à lui dire adieu et à tourner la page. Les funérailles publiques ont permis à ses milliers d’amateurs de rendre hommage aux membres de la famille, qui étaient sur place pour accueillir les visiteurs. La visite a duré plus longtemps que prévu en raison des grandes foules qui s’y sont présentées.

Que ce soit le décès personnel d’un proche ou le départ public d’une vedette, la mort n’est jamais facile. Le processus de deuil est tant important que nécessaire. Et lorsque le service commémoratif est planifié à l’avance, le fardeau est moins lourd pour les êtres chers, ce qui les aide à tourner la page.

 

Catégories des blogues