Apprendre. Partager. Planifier.

Explorez nos nouvelles, articles, blogues et vidéos

Quatre conversations essentielles à avoir avec votre conjoint dès maintenant

Par Ann Bacciaglia, blogueuse invitée

Article
Article Affiché le

3 critical conversations to have with your spouse now


			

Ann Bacciaglia

Ann Bacciaglia

      

Le décès d’un conjoint est un événement qui change le cours de votre vie. Certains couples ont le temps de se préparer à l’inévitable, alors que d’autres n’ont pas cette possibilité. Darin est décédé subitement au jeune âge de 44 ans. Nous n’avions jamais parlé de la mort. Je savais qu’il avait rédigé un testament, mais nos discussions s’étaient arrêtées là.  Je n’ai pas eu le temps de me préparer au décès de mon mari et j’ai tiré de nombreuses leçons de mon expérience que j’aimerais partager. Voici certaines mesures que je vous recommande de prendre sans tarder :

1. Rédigez un testament. Je demande souvent aux gens s’ils ont un testament. La majeure partie du temps, on me répond que non. Quand je demande pourquoi, les gens me disent qu’ils y ont pensé, mais qu’ils n’ont pas eu le temps de le faire. Or, c’est très important : un testament est essentiel!!! Est-ce une éventualité déprimante? Oui, mais c’est quand même nécessaire pour que votre succession soit réglée selon vos volontés.

2. Parlez de vos dernières volontés. Peu de temps après le décès de Darin, on m’a demandé s’il préférait la crémation ou l’inhumation traditionnelle. Je n’en avais aucune idée, ce qui m’a profondément bouleversée. Comment avais-je pu être mariée à quelqu’un pendant 17 ans et ne pas connaître un détail aussi important? Heureusement, Darin et ma fille en avaient déjà parlé. Lorsque celle-ci m’a fait part de ses volontés, j’ai senti un lourd fardeau se dissiper. Épargnez-vous ce stress additionnel pendant une période extrêmement émotionnelle. Parlez de vos volontés à votre conjoint. Dites-lui si vous préférez la crémation ou l’inhumation traditionnelle, ou si vous préférez des funérailles ou une célébration de la vie. Cette discussion épargnera beaucoup de stress à votre conjoint.

3. Partagez vos mots de passe. Je ne peux pas insister assez sur ce point. Faites une liste de tous vos mots de passe et conservez-la dans un endroit dont les personnes importantes sont au courant. Après le décès de Darin, j’ai fouillé dans ses papiers pour trouver ses mots de passe. Il s’occupait de toutes les transactions bancaires et je n’y ai jamais porté attention. Heureusement, je savais où il conservait les documents importants, ce qui m’a évité de passer un temps énorme à essayer de les trouver.

4. Parlez des comptes, des paiements et des détails bancaires.

En plus de faire face à un chagrin énorme, le conjoint survivant doit s’occuper des tâches quotidiennes. Vous n’êtes peut-être pas celui ou celle qui paie normalement les factures et gère les affaires du ménage. Dressez une liste de vos comptes, de leur numéro, des mots de passe et des dates d’exigibilité. Cela vous aidera grandement. Je me rappelle avoir tenté de régler les comptes sans connaître les numéros. Mon conseil : parlez-en. Consacrez du temps à passer en revue les comptes mensuels, les barèmes de paiement, les renseignements bancaires, ainsi que les détails des cartes de crédit.

Parler du décès, ce n’est agréable pour personne. C’est pourquoi nous négligeons souvent les discussions à la fois importantes et nécessaires. En suivant les étapes susmentionnées, vous pourrez alléger une certaine partie de votre stress et saurez que vous avez déjà parlé des détails importants avec votre conjoint.

Catégories des blogues