Apprendre. Partager. Planifier.

Explorez nos nouvelles, articles, blogues et vidéos

Comment gérer les désaccords familiaux concernant vos projets de fin de vie

Par Shannon Burberry, gestionnaire de salon funéraire,
Forest Lawn Funeral Home & Cemetery

Article
Article Affiché le

How To Handle Family Disagreements About Your End Of Life Plans


			

Shannon Burberry

Shannon Burberry

  

Ce peut être difficile et inconfortable de parler ouvertement à vos proches de vos plans de fin de vie, mais c’est une importante conversation à tenir pour veiller au respect de vos dernières volontés. Or, qu’arrive-t-il si les personnes à qui vous confiez vos plans ne sont pas d’accord avec vos choix ou se disputent entre elles?

Au cours de mes 20 ans d’expérience, pendant lesquelles j’ai aidé les familles à respecter les dernières volontés de leurs proches, j’ai souvent été témoin de tels conflits, surtout lorsque les gens sont dans un état très fragile.

Voici les leçons que j’ai apprises. J’espère qu’elles vous aideront, peu importe le côté où vous vous rangez.

Tenez une conversation ouverte

C’est préférable de tenir cette conversation quand vous êtes en mesure de le faire, plutôt que d’en laisser le soin à vos proches, qui doivent gérer vos soins de fin de vie à un moment où leurs émotions sont fortes.

Au moment de formuler vos volontés, soyez franc et honnête, et offrez des explications réfléchies au sujet de vos décisions. Souvent, quand les membres de la famille apprennent le bien-fondé d’importantes décisions et comprennent que leurs sentiments ont été pris en compte, ils l’acceptent.

Nommez un exécuteur

Votre exécuteur est responsable de prendre les arrangements funéraires ainsi que de protéger et d’administrer votre succession. Il s’agit là de tâches qui exigent un temps et un effort considérables, ainsi que la capacité de prendre des décisions intelligentes et, parfois, difficiles.

Choisissez cette personne avec soin, car ses tâches ne se limitent pas à la distribution de votre actif. L’exécuteur devrait être quelqu’un que vous connaissez et à qui vous faites confiance et une personne qui devrait être à l’aise avec vos proches pour être en mesure de communiquer avec eux.

Après avoir fait un choix, assurez-vous que celui-ci est clairement exprimé et que votre exécuteur sera en mesure d’y donner suite.

Partage des responsabilités

Dans la vie, on ne peut jamais plaire à tout le monde, comme je l’ai constaté auprès de familles attristées après un décès.  Quand il est question de vos dernières volontés, il est possible que la délégation des responsabilités et la distribution des biens causent une certaine confusion ou un certain froid.

Pour y remédier, songez à encourager les membres de votre famille à participer au processus de planification préalable. En fin de compte, c’est votre exécuteur qui est responsable de prendre les arrangements funéraires lors de votre décès. Si vous décédez sans testament, votre plus proche parent doit assumer cette responsabilité. Si la famille n’arrive pas à déterminer qui est cette personne, les arrangements pourraient être retardés.

Jouez le rôle de médiateur

Pendant ma carrière, j’ai été témoin de nombreux différends familiaux, portant sur des sujets tels que le choix de fleurs, la réception, les lotissements et la personne qui réglera la note. Lorsque les émotions sont fortes, les décisions les plus simples peuvent s’avérer accablantes pour les familles.

Par exemple, j’ai assisté à des conflits entre des membres d’une famille au sujet de décisions comme le libellé de la nécrologie et le processus visant à séparer les restes crématisés destinés à la création de mémentos et de bijoux. Parfois, un geste touchant pour une personne est bouleversant pour une autre.

Les situations les plus difficiles surviennent lorsque les membres d’une famille ne parviennent à s’entendre sur rien. Nous devons parfois leur demander de consulter un avocat avant de procéder.

Au moment d’entamer une conversation au sujet de vos dernières volontés, encouragez les autres à formuler leurs préoccupations pour vous permettre d’y remédier sur-le-champ. Faites leur part du bien-fondé de votre décision et des sentiments qui y sont rattachés pour que les autres comprennent votre point de vue.

Il y a environ 87 mesures à prendre dans les 72 heures suivant un décès, menant à 87 décisions et à 87 différends potentiels. Lorsque vous prenez des arrangements préalables, vous prenez aussi d’importantes décisions à l’avance, ce qui peut contribuer à soulager votre famille d’un certain stress.

Catégories des blogues